CasP_Chef2 [Cas pratique] #Chefs, à l'heure de la gastronomie connectée
La sphère digitale s’affole depuis quelques temps déjà. Foodistas, blogging culinaire, chefs ultra-connectés…, la gastronomie semble « cuisiner » son chemin vers le cœur des socionautes en empruntant, elle aussi, la route du social media.

La gastronomie à l’heure de la transition digitale

La digitalisation des pratiques de consommation (au sens le plus pur du terme : manger) a redéfini la manière dont nous appréhendons la nourriture. Notre culture de la nourriture c’est digitalisée, une tendance concrétisée dans le terme « Food content ».
Si l’acte de manger son repas est de tout temps une activité hautement sociale, le social media a rajouté une couche de sociabilité à ce mille-feuille.

Petit tour d’horizons des acteurs de cette tendance.

Les foodistas renouvellent la sphère du blogging en partageant leur passion de la cuisine – un « lifestyle » plus qu’un hobby puisqu’elles expriment ainsi leur personnalité : Dis moi ce que tu manges et je te dirais qui tu es, Jean Anthelme Brillat-Savarin.

Foodista [Cas pratique] #Chefs, à l'heure de la gastronomie connectée

Les Foodtrucks, qui travaillent leur notoriété à grands renforts de réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram, chaque plateforme est mise à profit pour relayer les informations concernant l’emplacement et le menu du jour, les opérations spéciales, la culture de l’équipe etc.

Foodtruck [Cas pratique] #Chefs, à l'heure de la gastronomie connectée

D’autres comme les blogs culinaires, tenus par des particuliers, se plient à l’exercice de démocratisation de la gastronomie. Avec plus de 3 000 blogs culinaires répertoriés en France, la cuisine 2.0 semble avoir de beaux jours devant elle.

blog [Cas pratique] #Chefs, à l'heure de la gastronomie connectée

Les derniers arrivés, hormis quelques précurseurs, les Chefs, ou quand la haute gastronomie devient connectée (en plus d’être bonne). Une transition digitale cristallisée dans le film #Chef, sorti en Octobre 2014, qui met en scène les aventures de Carl Casper, génial chef de Los Angeles, déchu à la suite d’un Tweet clash avec un critique culinaire (ne jamais sous estimer le pouvoir de Twitter).
Mais quand les pro’ de la cuisine prennent la parole sur les réseaux sociaux, ne deviennent-ils pas leur propre marque ? On sort ici de la logique des foodistas ou autres blogs qui parlent d’un quotidien rythmé par la prise de repas. Avec les Chefs, c’est la notoriété et la réputation qui est mise au premier plan.

chefs [Cas pratique] #Chefs, à l'heure de la gastronomie connectée

Media sociaux : support de promotion supplémentaire ou véritable levier ?

Dès lors que le Chef sort de sa cuisine, de nouvelles possibilités s’offrent à lui sur le social media. Certains alimentent déjà la toile à coup de hashtags et de filtres Instagram et sont même devenus incontournables. Les media sociaux ne sont pas à prendre à la légère à l’heure de l’E-réputation. Ils ne sont pas uniquement faits pour relayer les informations « traditionnelles ». Une présence forte et maitrisée peut devenir un véritable levier pour nos Chefs, que ce soit en matière de notoriété ou de business (augmenter le chiffre d’affaires des restaurants).

Les réseaux sociaux permettent naturellement de se connecter à tous les amoureux de la bonne bouffe – le « Food » étant le troisième sujet le plus discuté sur ces plateformes, selon un article des Echos. Pour créer de la proximité et de l’engagement avec son public plusieurs étapes sont nécessaires.

#1 Stratégie d’écoute et de reprise
La gastronomie on en parle, de nombreux amateurs partagent déjà leurs coups de coeur, créations et repas. Il est donc aisé pour un Chef de s’insérer dans les discussions existantes, de générer du lead en reprenant les contenus déjà postés sur son compte (toujours en mentionnant l’émetteur) et de développer une présence officielle pour que les fans s’y retrouvent.

#2 Logique de personal branding
Le marketing personnel exprime le fait de créer et de gérer sa propre marque, rattachée à un individu et non à un produit. Le personal branding, c’est l’addition d’une réputation et d’une identité professionnelle.
Dans le cas d’un Chef, deux aspects se distinguent :

Parler comme un « Chef » (en son nom propre) pour créer une relation intime avec les socionautes. Le Chef proposera alors des contenus anecdotiques, quotidiens voire personnels. Pour cela, le social media offre un panel d’outils pour pousser les contenus vers les consommateurs sous une forme originale : de la photo, de la vidéo voir d’autres outils comme Vine.

D’un autre coté, il est possible d’endosser le nom de sa structure (le restaurant) en adoptant une posture plus informationnelle et qui, à termes, est plus efficace pour le business. Il s’agit ici d’informer sur les créations gastronomiques, les menus, les événements auxquels assiste le Chef etc.

CHEF2 [Cas pratique] #Chefs, à l'heure de la gastronomie connectée

#3 Paroles d’expert
Le social media peut aussi devenir un outil de médiation – à comprendre selon son sens premier : indiquer la bonne manière. Car qu’est ce qu’un Chef sinon un expert de la gastronomie ? Sur fond de socialisation, les réseaux sociaux sont aussi une formidable opportunité pour les Chefs de participer à l’éducation de l’audience en matière de « bon goût » et de raffinement. Certains n’hésitent pas à enregistrer tutoriels ou interviews pour parler de leur métier.

tutochef [Cas pratique] #Chefs, à l'heure de la gastronomie connectée

Les ingrédients de l’écriture gastronomique ?

Une image vaut mille mots,
Confucius avait vu juste, une représentation graphique est plus souvent parlante qu’une description. On observe une prédominance du visuel et de la vidéo sur toutes les plateformes sociales. Ajoutez à cela que la gastronomie, indéniablement gustative et fondamentalement visuelle… Résultat, social media et gastronomie semblent s’être bien trouvés.

Les Chefs favorisent donc les plateformes où le visuel est placé au cœur de l’expérience comme Instagram, Twitter (avec ses Twitter cards dédiées à la photo) et Pinterest.
L’autre pan, plus textuel et qui informe le socionaute, trouvera dans Facebook (ou Google+ pour les plus aventureux) sa plateforme de prédilection. La dimension informationnelle ne doit pas pour autant en oublier la qualité du verbe. Car il faut mettre dans son texte autant de passion que dans sa cuisine pour exprimer sa personnalité.

L’équilibre peut être trouvé entre ces deux typologies de contenu en proposant un storytelling de qualité qui abolit les frontières entre la cuisine du Chef et les consommateurs.

La gastronomie connectée s’exprime dans le social media. Mais les réseaux sociaux ne se définissent pas par leur unicité, au contraire, ils sont une constellation d’outils et de technologies supportant à la fois les conversations de pairs et les UGC. Le recours à une agence social media permettra de faire la part des choses et de définir une ligne éditoriale à la hauteur des créations du Chef.

(Visited 492 times, 1 visits today)