cantina-tatooine-social-media Réhausser le standing de la Cantina de Tatooine – Partie 1

Lorsque l’on vit sur une planète désertique quotidiennement asséchée par les rayons de deux soleils étincelants, les rares oasis ne devraient pas manquer d’attrait. Et pourtant, la Cantina de Mos Eisley, située au cœur de l’astroport le plus important de Tatooine, n’a pas su profiter de ses atouts. Pire, le lieu n’a réussi qu’à évoluer en un repère lugubre à la clientèle douteuse.

Chalmun, l’imposant propriétaire Wookie de l’établissement, s’inquiète de la situation : la Cantina doit changer de réputation. Notre agence social media a ainsi été contactée pour établir une stratégie social media attractive susceptible de redynamiser l’image du lieu et d’en diversifier la clientèle.

Table des matières

CONSTAT & PROBLÉMATIQUE (Partie 1)

1 – Le manque d’attractivité : un lieu mal famé et dangereux

2 – Le déficit d’accessibilité : un lieu autarcique et sectaire

3 – L’enjeu de l’animation : l’absence de diversité des loisirs

SOLUTION STRATÉGIQUE (Partie 2)

Axe 1 – Faire croître l’affluence par le divertissement : Galactic Blind Test – #PMU – CantinHackaton

Axe 2 – Travailler l’ouverture et l’accessibilité du lieu : Le cocktail obscur – Mos Eisley By Night – WeAreTatooine

Axe 3 – Altérer l’image dangereuse et peu fréquentable du lieu : Cantina Wars – Les Tuskens Anonymes

 

Constat & Problématique

LE MANQUE D’ATTRACTIVITÉ : UN LIEU MAL FAMÉ ET DANGEREUX

La Cantina de Chalmun pâtit de la situation même de Tatooine : une planète marginale, isolée aux confins de la bordure extérieure et donc loin des systèmes centraux administrés par l’Empire galactique.

Dépourvue de toute législation, elle devient un havre inespéré pour toute une population de contrebandiers, chasseurs de primes et autres assassins peu recommandables. Depuis, l’établissement constitue malgré lui l’épicentre de toutes les manigances et autres activités frauduleuses de la région.

La nature même de sa clientèle induit une sécurité loin d’être idéale : l’agressivité presque congénitale des habitués de la Cantina dégénère régulièrement en rixes et règlements de compte au pistolet blaster qui n’interpellent plus personne. La force… de l’habitude est puissante en ces lieux.

strategie-cantina-tatooine Réhausser le standing de la Cantina de Tatooine – Partie 1

LE DÉFICIT D’ACCESSIBILITÉ : UN LIEU AUTARCIQUE ET SECTAIRE

A l’échelle de Mos Eisley, la politique interne de la Cantina fait débat. Alors qu’une multitude de brigands notoires et autres chasseurs de primes véreux prolifèrent à tous les coins de table, les droïdes ne sont pas admis au sein de l’établissement. Ces derniers ne pouvant consommer de boissons, Chalmun leur interdit d’occuper inutilement l’espace disponible.

Cette considération mercantile qui privilégie les revenus à la diversité de la clientèle condamne celle-ci à progressivement s’enfermer dans un « entre-soi » de plus en plus malsain. Le melting pot de Coruscant paraît bien loin…

A l’échelle interplanétaire également, le bar ne parvient pas à dépasser les insuffisances de sa planète et s’enferme dans une image autarcique : Tatooine n’étant pas membre de la République galactique, les crédits républicains n’ont pas cours et ne sont que très rarement acceptés par les habitants, à l’inverse des peggats, truguts et autres wupiupi.

L’ENJEU DE L’ANIMATION : L’ABSENCE DE DIVERSITÉ DES LOISIRS

La Cantina ne parvient pas à se poser en entertainer crédible dans le paysage pourtant moribond de Mos Eisley. Sur place, les loisirs et rendez-vous ludiques sont aussi peu monnaie courante que les dataries républicaines.

Le récent sondage réalisé par Tatooine Sofres ne dit pas le contraire et illustre tristement cette incapacité de la Cantina à évacuer la monotonie du quotidien des clients, sauf cas de figure exceptionnel. Il est temps qu’une agence brand content vienne ramener l’équilibre dans la galaxie de l’entertainment.

graphique-cantina-tatooine-loisirs Réhausser le standing de la Cantina de Tatooine – Partie 1

L’image de la Cantina souffre globalement de son manque d’ouverture, de son absence d’animation et surtout de l’insécurité qui y règne. Certains leviers offerts par les réseaux sociaux vont donc devoir être activés pour combler ces lacunes et redorer un blason particulièrement écorné.

Pour découvrir la seconde partie consacrée aux solutions stratégiques que nous préconisons : cliquez ici